Réserve Trésor

La plante du mois

Publié le :
 7 décembre 2017
Catégorie :
 Actus de la réserve

Les Mahots (Lecythidaceae)

 

Les espèces de Lécythidacées forment une grande famille d’arbres répartis dans les régions intertropicales d’Amérique et d’Afrique.

Fruits de mahot en cours de maturation © Benoit Villette

L’origine de ce nom provient de la structure de leurs fruits, une partie creuse plus ou moins conique surmontée d’un opercule mobile renfermant les graines et rappelant une sorte de petit vase (un lécythe ou lekythos de la Grèce antique).

Leurs graines sont d’ailleurs très appréciées des animaux de la forêt qui participent activement à la dispersion des différentes espèces.

Une autre des particularités qui caractérisent cette famille, c’est la composition de l’écorce extrêmement fibreuse et détachable qui permet de confectionner des cordages résistants ou encore des catouris et des hamacs. Cette propriété est partagée avec des espèces d’arbres de familles différentes mais dont les noms communs contiennent aussi le mot « mahot » comme le mahot-cochon de la même famille que le Cacao et le mahot-coton qui est lui-même très proche du Fromager.

En Guyane, 6 genres composent la famille des Lécythidacées : Corythophora, Couroupita, Couratari, Gustavia, Lecythis et Eschweilera. C’est chez les deux derniers que l’on retrouve la plus grande diversité d’espèces. Sur certains secteurs forestiers, comme autour des sentiers de la réserve, ils forment la famille dominante de la strate arborée.

Assortiment de fleurs de mahots © Benoit Villette

Tout au long de la saison sèche jusqu’au début de la saison humide, les mahots vont fleurir et leurs fleurs spectaculaires jonchent alors le sol de la forêt. Ce sont toutes des fleurs zygomorphes très caractéristiques (qui présentent une symétrie bilatérale) sauf chez le genre Gustavia possédant des fleurs dites actinomorphes (avec une symétrie radiale).

Le genre Eschweilera regroupe plusieurs espèces communément appelées « mahots noirs ». Les mahots rouges eux sont regroupés dans le genre Lecythis. Deux d’entre eux se démarquent des autres. Lecythis zabucajo, mieux connu sous le nom de Canari-macaque, produit de gros fruits ligneux souvent ramassés par les promeneurs. C’est sans doute en Guyane, grâce à eux, l’espèce la plus connu. Dans les forêts marécageuses du Nord-Est de la Guyane, on retrouve le Lecythis pneumatophora, endémique et intégralement protégé sur le territoire. Il est abondant le long de l’Orapu.

Couratari multiflora est localement appelé mahot-cigare, son écorce fine et souple est utilisée comme cape à cigare chez les amérindiens de Guyane.

Uniquement présent sur le littoral, l’arbre à boulets de canon (Couripita guianensis) est une autre espèce originale de Lécythidacée. Il n’est pas connu de la réserve naturelle Trésor.

Enfin, bien que non présent naturellement en Guyane, nous mentionnerons quand même le Noyer du Brésil (Bertholletia exelsa) dont les graines font l’objet d’un marché international et dont l’importance écologique sur les écosystèmes environnants est particulièrement forte.




Laisser un commentaire