Réserve Trésor

L’animal du mois

Publié le :
 6 juillet 2018
Catégorie :
 Actus de la réserve

Xenodon werneri, Le Xénodon vert

Peut-être croiserez-vous lors d’une balade sur un des sentiers de la réserve ce petit serpent dont les couleurs, un ventre jaune doré surmonté d’un dos vert tendre, vous inspireront la prudence. Ce code couleur est évidement celui du bien connu et redouté Grage jacquot (Bothrops bilineatus). Notre petit serpent aura alors réussi à vous leurrer comme il le fait avec ses prédateurs naturels.

Profils des deux espèces © Benoit Villette

Car si on y regarde de plus près (mais toujours avec prudence !), certains détails moins flagrants nous permettent de voir, petit à petit, autre chose que l’inquiétant Bothrops. Au niveau des yeux tout d’abord, on distingue une pupille ronde bien différente de la pupille verticale du vipéridé nocturne. Sur son dos vert homogène, il manque aussi les alignements de petites tâches dorées qui courent normalement sur le dos du grage.

Ce serpent trapu est en fait le Xénodon vert (Xenodon werneri parfois aussi appelé Thalesius viridis par certains auteurs), une couleuvre, qui pour assurer un peu mieux sa défense, a copié la coloration d’un serpent hautement venimeux. Le principe est le même que celui des Serpents corail/Faux corail et est connu sous le nom de mimétisme batésien (du nom de son découvreur, l’entomologiste Henry Walter Bates).

S’il semble que sa salive puisse contenir des toxines dont les effets in vitro ne semblent pas négligeables, il est loin d’être aussi « dangereux » que celui qu’il imite et ne possède pas le système sophistiqué d’injection de venin propre aux solénoglyphes (vipéridés). Cependant, étant naturellement enclin à la morsure lorsqu’on l’importune un peu trop et du fait des spécificités des composants actifs de sa salive, la prudence reste de mise (sans oublier que la confusion entre les deux espèces marche dans les deux sens).

C’est un grand prédateur de crapauds et grenouilles, des proies qui ont l’habitude de se gonfler d’air lorsqu’elles se sentent menacées, c’est pour cela que les xénodons ont développé une dentition particulière propre à ce genre de régime. Ils possèdent en arrière de la mâchoire supérieure deux crochets mobiles qui perceront l’amphibien à engloutir (serpents opisthodontes).



Laisser un commentaire

Collectivité Territoriale de Guyane
Stichting Trésor