Réserve Trésor

L’animal du mois

Publié le :
 9 janvier 2018
Catégorie :
 Actus de la réserve

Le Tatou à neuf bandes

Tatou pris au piège photographique

Espèce commune de Guyane, ce petit mammifère de l’ordre des édentés sait se faire discret sous nos latitudes, puisqu’il reste une grande partie de ses journées logé dans son terrier et ne sort le plus souvent qu’à la tombée de la nuit. Son terrier est composé de plusieurs galeries de quelques mètres (moins d’une dizaine) et sa bouche d’entrée mesure autour de 20 centimètres. Lorsqu’il est occupé, rien n’obstrue son passage.

Le Tatou à neuf bandes est facile à reconnaître avec son corps cuirassé dont l’avant et l’arrière train servent de plastron de défense et facilitent son comportement fouisseur, seule la partie centrale du corps est munie de plaques osseuses articulées. Ses pattes sont courtes et se terminent par de puissantes griffes adaptées au fouissage. Sa tête « écailleuse » est conique. Bien que sa vue ne soit pas des plus perçantes, il se rattrape avec un odorat très développé et une acuité auditive particulièrement sensible grâce à ses oreilles munies de grands pavillons.

La gestation de la femelle dure environ 130 jours pour donner naissance à des quadruplets. Les jeunes sortent du terrier à trois mois, le corps encore souple. Il leur faudra encore attendre trois autres mois pour consolider leur carapace et s’émanciper totalement, les tatous étant des animaux solitaires.

Jusqu’à aujourd’hui, le tatou à neuf bandes était considéré comme un mammifère ayant une très large répartition s’étalant du quart sud-est des États-Unis au sud du Brésil. Suite à des analyses moléculaires et morphologiques dont une partie des travaux a été publiée récemment (Gibb et al, 2016), François Catzéflis, Directeur de recherches au CNRS, signale en novembre 2017 dans sa liste des mammifères de Guyane, que notre Tatou à neuf bandes serait donc différent de ses congénères des pays voisins et va donc changer de nom prochainement. Dans l’attente de sa nouvelle description scientifique, son nom latin Dasypus novemcinctus passe provisoirement à Dasypus sp. nov.

Par ailleurs sachez que l’opération « WANTED : Tatous » lancée en 2017 est toujours en cours, alors n’hésitez pas à y participer.


2 commentaires
  • excellente petite note – merci ! Je serais curieux de connaître les dates et localites pour chacune des 3 (folies) photos ci-dessus. et je profite pour dire « Bonne Année » a l’équipe de la RN Trésor.

  • Bonjour François,
    Nous te souhaitons également une très bonne année 2018. On te communique les informations demandées prochainement. Amitiés, Jef

Laisser un commentaire